play_arrow

keyboard_arrow_right

Listeners:

Top listeners:

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
volume_up
chevron_left
  • cover play_arrow

    Active Radio Encore + de Hits

Actualité

Secours populaire : Appel à la solidarité pour les populations de Palestine

today05/04/2024 63

Arrière-plan
share close

Pour le Secours populaire français, la solidarité n’a pas de frontière. Avec les nombreux affronts et bombardements sur le territoire palestinien, les populations civiles n’ont jamais eu plus besoin de solidarité et de don que maintenant. Zoom en podcast.

Entretien avec Pascal Dehaese, secrétaire général du Secours populaire français de Haute-Marne, par Hugo Thomas :

  • cover play_arrow

    Secours populaire : Appel à la solidarité pour les populations de Palestine chaumont

 

Quelles modalités revêtent les interventions du Secours populaire à l’international ?

A la différence d’autres acteurs, Le Secours Populaire a un mode d’intervention qui repose sur un réseau de partenaires locaux. En effet, implantés localement, ils sont les plus efficaces et les mieux à même de déterminer quelle doit être l’aide apportée. A chaque fois que c’est possible, les achats seront effectués localement ce qui contribue à la bonne marche de l’économie locale. En 2022, 156 partenaires dans le monde, répartis dans 53 pays ont permis le développement de 216 programmes et actions de solidarité.

A Gaza, son partenaire historique, depuis 1982, est PMRS (Palestinian Medical Relief Society). Il s’agit d’une organisation palestinienne de santé communautaire. PMRS a été fondée en 1979 par un groupe de médecins et de professionnels de la santé palestiniens en réponse à l’état de délabrement des services de santé en territoire palestinien occupé du fait de l’occupation militaire israélienne.

PMRS et ses équipes sont présentes depuis, dans plus de 580 communautés palestiniennes en Cisjordanie, Jérusalem-Est et Gaza. Avec les « Médecins du Secours populaire français », le SPF a permis l’envoi de médecins spécialistes sur place, en Cisjordanie, comme à Gaza, à la fois pour examiner des cas compliqués et apporter des connaissances récentes aux médecins palestiniens.

 

Quelle est la situation à Gaza ?

La situation est catastrophique. Les gens sont épuisés, se font tuer tous les jours, n’ont plus ni eau, ni nourriture, ni électricité. Gaza a tout perdu et a besoin de tout. 2 millions de personnes ont dû abandonner leur maison. 20 000 enfants sont devenus orphelins. Je crois qu’il n’existe pas de mots pour décrire ce qui se passe à Gaza. 35 000 personnes sont mortes dont 12 000 enfants. Les projections de la John Hopkins University donnent des dizaines de milliers de morts supplémentaires – jusqu’à 105 000 – liées à la destruction du système de santé.

Les 33 hôpitaux ont été ravagés : ce qu’il en reste ne fonctionne plus faute d’électricité, d’équipement, d’antibiotiques. Les maladies infectieuses et les blessures traumatiques sont les plus dangereuses – plus de 68 000 blessés ont besoin de traitements en continu. 35 000 malades chroniques sont en danger faute de soins et de médicaments. Il y a 10 000 personnes souffrant de cancer qui ne peuvent plus être soignées. 70 000 enfants ne peuvent pas être vaccinés du fait de la destruction du système de soins mais aussi du blocus. Le manque de sanitaires et d’eau potable a déclenché une épidémie de jaunisse, des centaines de milliers de cas de diarrhée et d’infections respiratoires. Les opérations sont réalisées sans anesthésie. Des enfants amputés demandent à leurs parents : « Est-ce que ma main va repousser ? Est-ce que ma jambe va repousser ? »

 

Concrètement, comment est-ce que le SPF revêt à la solidarité ?

En général, le SPF finance des cliniques mobiles, des ambulances, parfois avec le soutien de l’Europe, parfois avec le soutien du ministère des affaires étrangères. La structure a d’ailleurs reçu et soutenu des médecins palestiniens pour bénéficier d’une spécialisation dans les hôpitaux français.

Dans le contexte actuel d’urgence, le SPF a soutenu les formations aux premiers secours menées en direction des mères, des étudiants, des jeunes garçons et filles, référentes et référentes de groupes, communautés, quartiers. A chaque escalade de la violence, le SPF a contribué au financement de cliniques mobiles : ambulances aménagées et équipées en cliniques pour pourvoir aux soins de suivi des grossesses, mener des actions de prévention, apporter des soins de suivis post-opératoires aux personnes déplacées internes et aux blessés. Les zones ciblées par ces cliniques mobiles sont les zones éloignées, isolées (en raison de nombreux check points par exemple) ou sans aucun système de santé. Les soutiens ont aussi permis des distributions de produits de première nécessité, ainsi que la reconstitution des stocks de médicaments et de matériel médical. PMRS travaille en étroite collaboration avec la coordination Santé des Nations-Unis sur place.

 

Comment faire un don ?

Les besoins sont immenses et vont perdurer, les civils paient toujours le plus lourd tribut, ce sont des vies qui sont en jeu.

En Haute-Marne, le Secours populaire souhaite pouvoir financer 10 trousses de premiers secours pour soigner des blessures de guerre, soit 1 250 €.

Pour cela, il a besoin des dons des haut-marnais. Il les appelle à lui envoyer leurs chèques en inscrivant au dos URGENCE PALESTINE

L’adresse est 1 route Nationale 19 – 52000 Luzy sur Marne.

Pour rappel, 75% du montant du don est déductible de l’impôt sur le revenu.

 

Hugo THOMAS

Écrit par: chaumont

Rate it

Article précédent

Actualité

CIDFF 52 : Programme des permanences mobiles d’information pour avril

Comme chaque mois, le Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles de Haute-Marne (CIDFF 52) nous fait part du planning des permanences mobiles du véhicule "Les infos de Louise & Michel.e". Celui-ci se déplace dans différentes communes du département et propose un lieu d'écoute et d'informations sans RDV, gratuit et confidentiel sur l'accès aux droits, la lutte contre les violences, la vie familiale, la parentalité, l'éducation, etc. […]

today05/04/2024 40

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse


0%